Le vinyle, un support toujours aussi populaire chez les amoureux de la musique

Le vinyle, un support toujours aussi populaire chez les amoureux de la musique

26 août 2020 0 Par Sarah

Avec le développement des plateformes de streaming et la dématérialisation toujours plus présente, on pourrait croire que les supports physiques sont amenés à disparaître dans le secteur de la musique. Mais contre toute attente, depuis plusieurs années maintenant, le disque vinyle marque son retour en force. En 2020, on fêtait d’ailleurs la 10e édition du « Disquaire Day » : l’occasion de revenir sur ce véritable phénomène…

Le vinyle défie les ventes de musique en version dématérialisée

Le streaming musical a beau nous promettre d’accéder à tous les titres qui nous font envie à toute heure du jour et de la nuit, les disques vinyles continuent de séduire une autre population, à la recherche d’une expérience plus intense, parfois presque sensuelle !

Le vinyle est un objet que l’on touche, que l’on regarde, que l’on contemple, que l’on affiche chez soi. Quand on aime particulièrement un album, on apprécie forcément de pouvoir posséder son vinyle. Plus grand qu’un CD, plus authentique, il ne se présente plus comme un simple effet de mode, il prend une place déterminante dans l’industrie musicale au point de voir de nombreux artistes le proposer à chacune de leurs sorties musicales aux fans.

Selon BFM TV, en 2017, on a vendu 23 millions de CD, contre « seulement » 3 millions de vinyles. Malgré cet écart, il ne faut pas sous-estimer ce support. Si on lui consacre un événement depuis 10 ans, le disquaire Day, c’est bien parce qu’il continue de progresser et de séduire un public de plus en plus hétérogène.

Le chiffre d’affaires du vinyle, en pleine explosion

En 2017, selon les chiffres du SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique), les ventes de vinyles ont représenté un chiffre d’affaires de 48 millions d’euros, soit 46 % de plus que l’année précédente. En seulement 10 ans,la part du vinyle dans le chiffre d’affaires des ventes physiques a été multipliée par 20 (0,6 % en 2008, contre 12 % en 2017).

Environ 50 % des points de vente commercialisent désormais des vinyles et les platines, elles aussi, retrouvent leurs lettres de noblesse. Et contre toute attente, ce ne sont pas uniquement les seniors nostalgiques qui se procurent ces disques, bien au contraire ! Des jeunes à la recherche d’une expérience musicale nouvelle s’en procurent de plus en plus.

Ainsi, toujours selon les chiffres du SNEP, environ deux tiers des consommateurs de disques ont moins de 50 ans. Un acheteur sur trois est même âgé de moins de 30 ans.

Écouter un vinyle pour progresser en musique, c’est possible !

Interviewé par le journal Le Figaro au sujet des vinyles, l’artiste Étienne Daho, parrain de la 10e édition du Disquaire Day l’affirme : « Il n’y a rien de plus sexy qu’un vinyle ». Pour lui, acheter un vinyle c’est incontestablement se faire plaisir, mais aussi soutenir les disquaires (notamment en pleine crise sanitaire de la covid-19), une profession admirable souvent choisie par d’authentiques passionnés de musique.

Alors si vous aimez la musique au point de prendre des cours de chant à domicile, pensez à cet objet quand vous souhaitez découvrir un nouvel album ou mieux apprécier la qualité vocale d’un nouvel artiste. Contrairement au streaming musical qui incite à écouter toujours plus sans forcément porter attention aux subtilités de la mélodie, le vinyle incite à écouter de manière plus active en accordant un intérêt aux notes musicales… Ce qui peut aussi aider à mieux progresser dans sa pratique du chant, de la guitare ou encore du piano !

En sommes, les disques vinyles ont traversé les décennies et ils n’ont pas pris une seule ride : plus que jamais, les vinyles sont tendances. Retour sur leur succès invraisemblable